La RPG est une méthode douce, progressive et active qui peut être utilisée avec des patients de tous âges et de toutes conditions, en s’adaptant à leurs possibilités.

Cette thérapie est fondée sur l’analyse biomécanique, sur l’anatomie fonctionnelle et la physiologie musculaire.Elle est aussi individuelle, puisque chaque personne ne développe pas les pathologies de la même manière.

Dans le domaine de la rééducation, il est essentiel de tenir compte de la posture du patient… cette analyse impose au thérapeute d’avoir une vision d’ensemble en tenant compte de l’incidence de la position de certains segments par rapport à d’autres et des interactions réciproques.

Le RPGiste recherche et traite la cause de symptômes et ses conséquences, mais aussi les liens de cause à effet qui les réunissent.

Alors que la plupart des thérapies classiques se concentrent sur une partie spécifique du corps, en RPG, le thérapeute traite la personne d’une façon globale, pour garantir l’efficacité du traitement.


Comment se passe un traitement de RPG ?

Pendant le traitement en RPG, le thérapeute utilise comme seul outil ses mains et son observation pour intervenir et étirer les tissus, les muscles, prendre soin des articulations afin de rendre mobilité et bonne posture au patient.

Durant les manœuvres le patient est guidé et encouragé à maintenir scrupuleusement la position qui lui est indiquée par le kinésithérapeute. Le travail actif du patient augmente la prise de conscience du mouvement et assure l’intégration des résultats qui garantit la durabilité des bénéfices. La thérapie et douce précise et respectueuse du confort du patient. Les mouvements sont progressifs et très lents afin de relâcher les tensions musculaires et de décompresser les articulations.

Une importance toute particulière est accordée à la respiration parce que les muscles respiratoires participent grandement à l’élaboration de la posture. Ensuite, des contractions douces et maintenues, permettent d’obtenir le relâchement progressif et stable des muscles responsables des dysfonctions.

Un bilan minutieux est nécessaire lors de la première visite. Le plus souvent des résultats positifs sont observés après une ou deux visites. Le nombre de séances dépens de la chronicité de la pathologie à traiter et de l’implication du patient dans le traitement.


Quelles sont les applications de la rééducation posturale globale ?

Les circonstances de la vie quotidienne (l’accumulation des tensions, le stress, les mouvements répétitifs…) les positions au travail, le port des charges, une activité sportive trop intense, sont autant de facteurs qui affectent notre souplesse, notre mobilité et en conséquence engendrer des malpositions.

La RPG est capable de traiter les douleurs et les problèmes posturaux. C’est en rendant au tissu son élasticité qu’on libère la raideur articulaire et que le mouvement retrouve son harmonie. La posture s’en trouve naturellement améliorée, créant un cercle vertueux de bien-être et de plénitude.

La RPG s’utilise aussi en prévention dans un très grand nombre de cas

Education posturale des enfants, adolescents et adultes, pré et post-partum, médecine du travail (hygiène posturale), médecine sportive (récupération et entraînement), gymnastique de maintien…

En curatif, elle s’applique à de multiples pathologies

  • Déviation de la colonne vertébrale : scolioses, hyperlordoses, hypercyphoses, syndrome d’antéprojection de la tête (bosse du bison), rectification cervicale…
  • Déviation des membres : pieds creux, pieds plats ou faux pieds plats, hallux valgus, orteils en marteau ou en griffe, nodules de Norton, genu valgum / varum…
  • Pathologie douloureuse de la colonne : lumbagos, sciatiques, hernies discales, dorsalgies, névralgies intercostales, névralgie d’Arnold, torticolis, bascule du bassin…
  • Pathologie articulaire et / où tendineuse : fractures, luxations, arthrose, rhumatismes articulaires aigus, protrusions discales, spondylarthrite ankylosante, tendinites, défilé et tunnel carpien, entorse de cheville, bruxisme, pathologies de la mâchoire (ATM)…
  • Symptômes neurologiques d’origine mécanique : acouphènes, vertiges, paralysies spastiques, hémiplégies, paralysies périphériques, fourmillements, maux de tête, douleurs oculaires, pathologie du périnée (Incontinence urinaire) …
  • Dysfonctions respiratoires : blocage inspiratoire, asthme, mucoviscidose, bronchite chronique…
  • Rééducation post-opératoire : rachis, membres ou thorax, thyroïde, thoracotomie, abdomen, cancer du sein…
  • Dysfonctions digestives : Hernie hiatale, colon spastique et constipation chronique.